Pour des investissements immobiliers éthiques - Entrevue avec Thierry Lindor

Une solution pour des investissements immobiliers éthiques – Entrevue avec Thierry Lindor

L’immobilier est un sujet sensible pour plusieurs. Existe-t-il des solutions pour des investissements immobiliers éthiques qui servent la communauté et pas seulement les personnes déjà bien nanties?

Thierry Lindor, un investisseur immobilier originaire d’Hochelagua-Maisonneuve à Montréal, issu d’une famille de classe ouvrière, nous parle des fiducies foncières communautaires, une solution éthique à la crise immobilière.

Mets ça dans tes oreilles!

Pourquoi certaines personnes choisissent d’investir en immobilier?

Selon Thierry, il y a deux types de propriétés dans lesquelles les gens devraient investir davantage: la propriété physique (donc l’immobilier) et la propriété intellectuelle. 

Malgré que nous sommes sur des terres non cédées, qui devraient encore appartenir aux Autochtones, posséder un terrain, une maison ou un immeuble permet de planter nos racines. Thierry s’est donc concentré sur acquérir une propriété. Ensuite, il a acquis d’autres endroits, sans faire d’immobilier sauvage, selon ses dires. 

Qu’est-ce que la gentrification?

Thierry a vu son quartier d’Hochelagua-Maisonneuve changer. Il est allé à l’école dans le système public, il vient d’une famille de classe ouvrière-aisée ou moyenne-pauvre. Il a grandi fin 80-90 et le quartier a changé au fil des ans. 

La gentrification, ou l’embourgeoisement, c’est la transformation de quartiers populaires suite à l’arrivée de classes de gens plus aisés financièrement, qui amènent avec eux des habitudes de consommations et des commerces différents.

C’est la sociologue Ruth Glass qui a étudié pour la première fois le phénomène dans les années ‘60. “La gentrification implique la rénovation ou la réhabilitation physique de ce qui était auparavant un stock de logements très dégradés et son amélioration pour convenir aux besoins des nouveaux occupants. Au cours de ce processus, le prix des logements situés dans les quartiers concernés, réhabilités ou non, augmente fortement.” (Source Wikipédia.)

Les occupants originaux sont donc déracinés de leurs quartiers, qui ne sont plus accessibles financièrement pour eux.

La gentrification, est-ce avantageux ou néfaste?

L’augmentation de la valeur des propriétés fait augmenter les taxes municipales. C’est donc souvent vu comme positif par les villes. 🤷🏻‍♀️

Mais les conséquences négatives sont la perte de diversité et de mixité sociale et le déplacement de populations. Il y a une magie dans ce que les artistes apportent. Il y a une magie dans la diversité. Quand on gentrifie, c’est comme si on dit qu’on trouve les artistes cool, qu’on aime leur art, mais pas eux en tant qu’humains.

Pour lutter contre ça, il faut que les citoyens se mobilisent et que les politiciens prennent des actions. À Berlin, par exemple, “une campagne de lutte contre la gentrification a fait reculer Google qui voulait installer un campus pour des start-up dans le quartier populaire de Kreuzberg.” Et à Toulouse, “la ville a imposé aux promoteurs de commercialiser 10 % des logements neufs au prix encadré de 3 000 euros le mètre carré pour que les ménages modestes aient toujours une chance de devenir propriétaires. » (Source Pour l’Éco)

Quand on construit des logements sociaux à côté de condos de luxe, on te rapelle chaque jour que tu es pauvre - Thierry Lindor

Les investissements immobiliers soutiennent les inégalités sociales

L’immobilier est l’un des domaines d’investissements qui est le plus profitable rapidement. 

“D’après le chercheur Louis Gaudreau, de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), les pratiques spéculatives sur le marché immobilier ont favorisé un rendement supérieur à 20% avant impôt depuis 15 ans.” (Source Les Affaires)

Thierry affirme aussi que fiscalement, l’immobilier est aussi intéressant. 

Également, il ne faut pas oublier que l’immobilier est un puissant véhicule de transfert de richesse générationnelle. Les immigrants et leurs descendants, les Autochtones, et même les Canadiens français ont longtemps été privés de la possibilité d’acquérir une propriété. 

Donc, l’immobilier a contribué, et continue encore, à soutenir les inégalités sociales.

Faire des investissements immobiliers, non, ce n’est pas particulièrement éthique.

 

La fiducie foncière communautaire, une solution?

Une fiducie foncière communautaire (FFC), c’est un organisme à but non lucratif dont la mission est d’acquérir des terrains pour y construire des logements qui seront abordables pour toujours, et inférieurs au prix du marché. En anglais, on les appelle les Community Land Trust, CLT.

Ici au Québec, il y en a peu. C’est un concept qui est plus connu en Europe… et encore. 

Mais un bel exemple de réussite est la Communauté Milton Parc, qui possède 616 logements dans 146 immeubles. C’est le plus grand projet du genre en Amérique du Nord. 

Dans une FFC, un groupe de citoyens forment un OBNL qui se concentre sur des acquisitions immobilières avec une conscience écologique, abordable et durable dans le temps. Les gens peuvent acheter des propriétés dans la FFC, mais les prix sont contrôlés par la FFC. Également, la FFC a toujours le choix de racheter une propriété AVANT qu’elle ne soit offerte au public. 

Ciao bye la spéculation immobilière! 👋🏻

 

Quelques actions possibles pour un marché immobilier plus accessible et éthique

Les propositions de Thierry pour un marché immobilier plus éthique passent surtout par des changements au niveau des politiques. Il propose donc de prendre action en tant que citoyen et citoyenne et de voter aux prochaines élections. 

Évidemment, la solution la plus efficace selon lui est de se regrouper et de former des fiducies foncières immobilières. 

Si tu es propriétaire de logements que tu n’habites pas, tu peux aussi prendre des ententes avec tes locataires pour qu’ils deviennent en partie propriétaires du bloc. C’est ce que Thierry a fait à de nombreuses reprises. Ça prend du guts et une maudite belle âme.

Mentionnés dans l’épisode

 

Si le sujet t’intéresse, je te laisse en plus quelques ressources intéressantes:

 

  

Annie Picard 

Annie Picard est rédactrice Web depuis 2014. Spécialisée en rédaction optimisée pour les moteurs de recherche, elle crée du contenu qui performe bien sur Google et sur Pinterest. Freelance, elle travaille avec les solopreneurs, les petites entreprises, les coopératives et les OBNL en écrivant des textes pour leur site Web et en leur offrant des formations spécialement créées pour eux. Quand elle n’est pas devant un ordinateur, vous la verrez en patins à roulettes aux pieds, dans un parc, une bière à la main ou en voyage à l’autre bout du monde.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.