Les moteurs de recherche sont-ils sexistes? – Entrevue avec Myriam Jessier

Pour l’épisode 14 de la Ligne diagonale, je reçois Myriam Jessier, experte SEO depuis plus de 15 ans. On se pose les questions: est-ce que les moteurs de recherche sont sexistes? Est-ce que Google comprend l’écriture inclusive? Et qu’est-ce qu’on peut faire en tant que créateurs et créatrices de contenu, mais aussi en tant que personnes qui font des recherches sur Google, pour créer un monde plus inclusif?

Mets ça dans tes oreilles!

 

Y a-t-il des différences entre les requêtes au masculin et les requêtes au féminin? 

D’abord, il faut parler de volumes de recherche. Il s’agit de la moyenne du nombre de fois qu’un·e internaute a cherché un certain mot-clé dans un moteur de recherche. Bref, plus un mot est recherché souvent, plus il a un volume de recherche élevé.

Voici un test effectué pour 2 mots-clés avec l’outil gratuit Ubersuggest:

volumes de recherche pour les termes expert seo 50 et experte seo 10

Bref, on voit clairement qu’il y a beaucoup moins de gens qui cherchent une experte SEO qu’un expert SEO. J’en avais glissé un mot dans mon article sur l’écriture inclusive et le SEO.

Ça, c’est sous le contrôle des humains. Rien à voir avec l’algorithme, mais…

 

Est-ce que l’algorithme des moteurs de recherche est sexiste? 

À cette question, Myriam répond que dans l’absolu, la réponse est non. Le système n’a pas été pensé comme ça, mais elle soutient aussi qu’il y a des correctifs à faire. 

L’objectif d’un moteur de recherche, c’est de donner la meilleure réponse possible. Il interprète les éléments comme des concepts. Pour lui, un rédacteur web ou une rédactrice web, c’est le même concept. Il va donc présenter les résultats de recherche au meilleur de sa compréhension. Ce qui veut dire que des rédacteurs peuvent être présentés comme résultat de recherche à la requête “rédactrice”. 

Comme le masculin est l’interprétation dominante, cela marche dans ce sens… mais pas dans le sens inverse. 

“Parmi les expertes, je dois faire la compétition avec les experts. Mais les hommes qui sont experts sortent dans les résultats qui devraient être réservés aux expertes. C’est une compétition déloyale.” – Myriam Jessier

 

Existe-t-il des solutions pour influencer les algorithmes à être plus inclusifs?

Les machines apprennent des contenus qu’on met en ligne. Les robots se forment depuis les comportements des humains. Ça prend donc des changements de masse pour faire changer les algorithmes. 

On ne peut pas blâmer les algorithmes d'enfoncer le trait qui a déjà été tracé par les humains. - Myriam Jessier

Même les porte-parole de Google, sur le podcast Search Off the Record, ont dit être au courant du problème: “We really want to make sure that all our users are represented regardless of their genders, their sexual orientations or even their beliefs. And gender bias have always been a very strong concern for us.” 

Les biais cognitifs envers le genre, c’est quelque chose qui les inquiète. Iels veulent changer les choses, mais entre la théorie et la pratique, il y a un monde. 

Le changement doit venir avant tout de la part des utilisateurs et utilisatrices des moteurs de recherche et de celleux qui créent le contenu web. 

Quelques pistes de solutions:

 

Utiliser des mots-clés épicènes ou féminins

Plus l’écriture inclusive et épicène sera utilisée, plus cela influencera les algorithmes. Et il peut y avoir des avantages en matière de référencement naturel! 

Un terme très recherché vient souvent avec beaucoup de compétition. Alors lorsqu’on choisit un

terme moins recherché, on a plus de chance de se positionner. Ça peut donc être payant de cibler des mots-clés épicènes.

C’est à nous de faire le choix d’être plus inclusif dans nos sites web, dans nos contenus, et dans nos recherches pour atteindre la masse critique qui va influencer les résultats. 

 

Créer des associations

Le Google bombing, c’est de faire en sorte qu’un site web se positionne sur des mots-clés non pertinents. Cette méthode (pas très éthique!) est utilisée pour des fins politiques ou humoristiques. L’une des attaques les plus connues est celle qui a fait en sorte que George W. Bush et Michael Moore se positionnent sur les termes “miserable failure”. 

C’est la preuve que les utilisateurs et les utilisatrices, ainsi que tous les gens qui produisent du contenu sur le web, peuvent influencer les algorithmes. 

En utilisant ces méthodes de référencement pour créer des associations positives entre des concepts, nous pouvons rétablir l’équilibre des genres.

Si l’inclusivité dans la création de contenu t’intéresse, je te laisse aussi un article écrit par Myriam sur la lisibilité sur le web.

 

Mentionné dans l’épisode

Cet article t’a-t-il influencé à utiliser davantage des mots épicènes ou l’écriture inclusive dans ta création de contenu ou dans tes recherches sur Google? Laisse-moi savoir en commentaires. 

  

Annie Picard 

Annie Picard est rédactrice Web depuis 2014. Spécialisée en rédaction optimisée pour les moteurs de recherche, elle crée du contenu qui performe bien sur Google et sur Pinterest. Freelance, elle travaille avec les solopreneurs, les petites entreprises, les coopératives et les OBNL en écrivant des textes pour leur site Web et en leur offrant des formations spécialement créées pour eux. Quand elle n’est pas devant un ordinateur, vous la verrez en patins à roulettes aux pieds, dans un parc, une bière à la main ou en voyage à l’autre bout du monde.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.