Le ghosting en affaires - Épisode 25 de La ligne diagonale avec Annie Picard

Comment éviter le ghosting en affaires

J’ai envie qu’on parle d’une des plus grandes peurs dans le monde des affaires: un petit mot de 3 lettres qui donne des sueurs froides et qui fait grincer des dents, un mot qui t’empêche de dormir autant quand tu le reçois que quant tu dois le prononcer… on va parler de comment dire “non” et du fameux ghosting en affaires.

Mets ça dans tes oreilles!

 

Qu’est-ce que le ghosting en affaires? 

D’abord, le ghosting est un terme qui provient du milieu du dating. Ça consiste à mettre fin à une relation avec une personne en interrompant définitivement les communications sans préavis ni explication.

Il y a deux opinions sur le ghosting. Certain·e·s disent que tu peux juste ghoster une fois qu’il y a eu une première communication avec la personne, que ce soit un rendez-vous, un téléphone, un échange de courriel, etc, et d’autres disent que c’est du ghosting si tu ne réponds pas à quelqu’un, qu’il y ait eu ou non un premier contact.

Pour ma part, je fais partie de l’équipe qui considère qu’il doit y avoir eu un premier contact pour qu’il y ait une possibilité de ghosting. Dans le cadre d’un cold call, donc d’une approche sans préavis, si la personne ne répond pas, c’est impoli, mais ce n’est pas du ghosting à mon avis. (On pourra s’obstiner là-dessus. 😆)

Évidemment, on va parler ici du ghosting dans le milieu des affaires, et pas dans le milieu du dating.

Une étude de Indeed, qui commence à dater, c’est de 2019, dit que c’est pas moins de 69% des entreprises en Amérique du Nord, peu importe le secteur d’activités, qui ont déjà été victimes de ghosting. Mon petit doigt me dit que ça ne s’est probablement pas amélioré.

Pour un entrepreneur ou une entrepreneuse, ça veut dire, par exemple:

  • d’envoyer une soumission et de ne jamais recevoir de nouvelles du client potentiel,
  • d’avoir un appel découverte et que la personne ne se pointe pas,
  • d’appeler un ou une candidate qui a postulé pour un emploi et de ne jamais être rappelé,
  • d’embaucher quelqu’un et que la personne ne se pointe pas à sa première journée de travail. (Sérieux c’est tellement épouvantable!)

 

Quelles sont les conséquences du ghosting en affaires? 

Le ghosting a évidemment des conséquences chez les deux personnes impliquées.

Pour la personne qui se fait ghoster, ça peut affecter sa confiance en elle, en son entreprise et en ses services. C’est un gros trigger du sentiment de rejet. D’ailleurs, Wikipédia classe le ghosting dans la catégorie des violences psychologiques.

Donc, avant de ghoster quelqu’un, tu peux te demander si ce sont les sentiments que tu as envie de faire vivre à l’autre personne.

Mais aussi, tu peux penser aux conséquences que ça va avoir sur ta propre entreprise:

  • tu abîmes ta réputation,
  • tu manques de respect,
  • et tu peux te créer de futurs problèmes parce que si un jour tu as vraiment besoin des services d’un fournisseur ou d’une sous-traitante que tu as ghosté, bonne chance! Personnellement, je me rappelle assez bien des personnes qui m’ont ghosté après que j’aie passé des heures à créer une soumission à leur demande. 🙄

Être un·e bon·ne client·e, c’est vital pour la survie de ton entreprise. J’en parle dans l’épisode 3. 😉

Je sais que le ghosting est un moyen d’échapper à des responsabilités, d’éviter le conflit, le débat ou simplement d’éviter de décevoir. Pour certaines personnes, tout ça est vraiment épeurant.

Mais être professionnel·le, c’est faire preuve d’éthique et de respect. C’est savoir être franc ou franche, et surtout, de faire preuve de courage.

"Être professionnelle, c'est faire preuve de courage" - Annie Picard

 

4 façons de dire non en affaires

Ça arrive à tout le monde de devoir mettre un terme à un engagement, refuser une soumission parce que les projets ont changé ou simplement parce que c’est trop cher.

(J’en profite pour faire une parenthèse parce que j’entends souvent que si quelqu’un te dit que tes services sont trop chers, c’est un gros red flag. Je suis pas d’accord.🤷🏻‍♀️ Penser ça, c’est un point de vue privilégié. Parfois, c’est pas que la personne ne voit pas la valeur de ton offre ou de ton produit, c’est qu’elle l’a pas l’argent. Pour elle, c’est trop cher. Bref. Retour au sujet principal…)

Dire non, ou recevoir un non, ça peut être intimidant. Mais, let’s do this. T’es capable.

Il y a plusieurs façons de dire non en affaires:

 

1. Non, mais je te suggère cette personne, qui pourra peut-être t’aider

Orienter un client ou une cliente vers une autre ressource, c’est une excellente façon de te bâtir un réseau d’affaires solide. Tu sers ta clientèle en les aidant à trouver une personne fiable et efficace, et tu crées une relation de collaboration et d’échange avec d’autres entrepreneurs et entrepreneuses.

Si t’es rendue-là dans ta business, tu peux même te créer un système d’affiliation pour obtenir une commission quand tu réfères quelqu’un, ou offrir une commission quand c’est quelqu’un d’autre qui t’envoie une vente.

L’important, c’est de divulguer les relations d’affiliations afin d’être éthique et de respecter les normes canadiennes de la publicité.

 

2. Non, pas tout à fait. J’aimerais négocier.

On a le droit d’essayer de négocier ou de demander des modifications. Négocier demande du courage de la part des 2 parties impliquées. Plusieurs voient aussi la négociation comme simplement une bataille sur le prix d’un service.

Pourtant, négocier, c’est aussi faire preuve d’empathie, de flexibilité, et de permettre aux autres de dire “non”. C’est leur laisser leur autonomie, leur sentiment de sécurité et le contrôle sur leur vie.

La négociation s’arrête souvent après le combien. Pourtant, une bonne négociation peut souvent partir du “comment”. Comment est-ce que je peux adapter mon offre à ton budget et à tes besoins? Comment est-ce que je peux respecter un délai ou t’accorder un plus grand délai? Comment est-ce que je peux complètement repenser ou restructurer ma proposition pour que ça marche?

Si l’art de la négociation t’intéresse, je te suggère d’ailleurs le livre Never Split the Difference, qui a été écrit par Chris Voss, un ancien agent du FBI. Note ça parce qu’il faut que ça soit utile en maudit pour que je te conseille un livre écrit par un ancien policier. 😆

 

3. Non, pas tout de suite

Parfois, tout fonctionne, sauf le timing. Et c’est là que c’est important de ne pas ghoster parce que sinon tu vas complètement ruiner tes chances pour le futur, quand ça sera le bon timing.

 

4.Non, merci.

Évidemment, c’est toujours plus utile pour la personne qui reçoit le non de connaître les raisons du refus, mais si t’es complètement débordé·e, prends quand même le temps de dire “non merci”.

Tu veux me raconter ta pire histoire de ghosting (sans faire de name dropping 😆), partage-la en commentaires!

  

Annie Picard 

Annie Picard est rédactrice Web depuis 2014. Spécialisée en rédaction optimisée pour les moteurs de recherche, elle crée du contenu qui performe bien sur Google et sur Pinterest. Freelance, elle travaille avec les solopreneurs, les petites entreprises, les coopératives et les OBNL en écrivant des textes pour leur site Web et en leur offrant des formations spécialement créées pour eux. Quand elle n’est pas devant un ordinateur, vous la verrez en patins à roulettes aux pieds, dans un parc, une bière à la main ou en voyage à l’autre bout du monde.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.